Terry Pratchett, Les zinzins d’Olive-Oued

Terry Pratchett, Les zinzins d’Olive-Oued

Victor Tugelbend trouve qu’être soi-même est bien suffisant, qu’il n’est pas nécessaire de devenir quelqu’un d’autre en se professionnalisant pour les beaux yeux de la société. Ce qui n’implique nulle paresse, nulle  lambinerie délictueuse. Bien au contraire, Victor fait des efforts et sait être assez malin pour organiser le confort qui lui convient au-delà de ce qu’on pourrait attendre de lui.

Ce personnage si séduisant dans ses débuts a fini par me lasser à force de ne pas tenir ses promesses. J’avais mis beaucoup d’espérances en lui.

Terry Pratchett s’amuse avec les références cinématographiques, mais le déroulement des événements est un peu attendu. Et les animaux qui parlent ne m’emballent pas. Pour tout dire je me suis vaguement ennuyée même si le livre reste inventif.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *