Stephen King, Dolores Claiborne, lu par Élodie Huber

Stephen King, Dolores Claiborne, lu par Élodie Huber

C’est une histoire horrible… mais dans un registre auquel je ne m’attendais pas ! Qui me parle, évidemment, puisque je suis aide à domicile, j’ai tremblé pour ma collègue. Franchement cru, franchement réaliste (la pointe de fantastique m’a laissée perplexe, sert-elle à quelque chose ?), c’est une initiative gonflée de la part de Stephen King. Qui arrive à retomber sur ses pattes. Dolores sonne juste. Et ce d’autant plus que l’interprétation d’Élodie Huber colle parfaitement à sa peau. Elle a travaillé le personnage et le tient de bout en bout, pragmatique, ferme et tendre, l’intonation rythmée et franche. Si le fond du récit, culpabilité, limites de la morale, retour de bâton, est un peu faiblard, la qualité théâtrale de la lectrice donne du relief.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *