Jim Harrison, Retour en terre

Causse Noir, Roquesaltes - Jim Harrison, Retour en terre

Causse Noir, Roquesaltes

Héraclite avait tort de dire qu’on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. On ne peut même pas se baigner une seule fois dans le même fleuve, sauf pendant une microseconde. (173)

Il y avait là tous les ingrédients pour me plaire. Mais la cuisine qu’en fait Jim Harrison m’a parue roborative et foutraque. Voire baroque. Ce mélange d’ours, de cheeseburger, de truites et de whisky pèse sur l’estomac. Un peu western, un peu nature writing, un peu saga familiale, un métissage à grands traits qu’on sent presque en roue libre par endroits. Ce débit de dialogue intérieur est fatigant. Ces gens qui pataugent dans leurs rêves, leurs anecdotes, leurs interrogations, sont fatigants. Et pourtant quand je tombe sur une phrase comme :

Je crois qu’elle a l’intention d’hiberner pour se rapprocher de l’esprit de son père, lui dis-je d’une voix qui tremblait un peu. (283)

je fonds de bonheur.

Jim Harrison est parti en quête de quelque chose de profond et d’authentique, y butine, puis repart d’un vol zigzaguant. Il se pose souvent, mais sur les mêmes fleurs, sans beaucoup varier de teinte et de parfum.

À l’époque je n’avais jamais rencontré un homme comme Clarence, qui vivait tellement au cœur de la réalité. (49)

Elle possédait un sens de la réalité parfaitement étranger à tout ce que j’avais pu vivre jusque-là. (108)

Le questionnement sur la réalité est décliné dans de multiples phrases, sans approfondissement. La boucle entre le premier et le dernier chapitre a du coffre. C’est très beau et très raté à la fois. Un roman désagréable à lire sur un sujet passionnant. J’aimerai terriblement en avoir la version aboutie sous les yeux.

Causse Noir - Roquesaltes

Causse Noir – Roquesaltes

Causse Noir - Roquesaltes

Causse Noir – Roquesaltes

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *