Arnaldur Indridason, Le duel, lu par Jean-Marc Delhausse

Arnaldur Indridason, Le duel, lu par Jean-Marc Delhausse

Fred Vargas m’a récemment lassée et voilà qu’Arnaldur Indridason emprunte le même chemin. Serait-ce moi qui ne goûte plus ces polars qui m’ont pourtant souvent accompagnée ? Toujours est-il que j’ai trouvé ici l’écriture vide et le déroulé de l’intrigue peu étayé, principalement basé sur des hypothèses hasardeuses. Le sanatorium fait office de remplissage émouvant, de cube de construction en alternance avec l’enquête, mais n’apporte pas grand-chose à la globalité.

L’enregistrement présente les mêmes défauts que les autres Audiolib du même auteur. Une alternance de musiques qui déboulent dans les oreilles, tentant vainement d’imprimer un rythme de thriller à un récit mou. Une lecture qui manque de finesse, surtout dans les dialogues. Jean-Marc Delhausse s’emmêle les pinceaux avec les différentes voix, les change parfois en pleine conversation, gère mal les temps de silence.

Bof.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *