Jean Giono, Regain

Plateau du Lévézou, chemin des éoliennes - Jean Giono, Regain

Plateau du Lévézou, chemin des éoliennes

Lire Giono et ne plus jamais écrire de critiques… le saisissement est tel, le bonheur littéraire si complet que ce serait un coup à se taire pour un bon bout de temps.

Le vent entre dans son corsage comme chez lui. Il lui coule entre les seins, il lui descend sur le ventre comme une main; il lui baigne toutes les cuisses, il la rafraîchit comme un bain. Elle a les reins et les hanches mouillés de vent. (79)

J’ai vécu ce livre dans ma chair, regardant l’horizon sans fin du plateau où on jette les pierres en l’air, rien que pour les voir monter (81). J’ai reconnu ce vent fripon dont Anne Sylvestre avait déjà très bien parlé dans sa chanson La femme du vent et qui est ici campé avec une sensualité vibrante. J’ai retrouvé les chants navajo sur la beauté. Je peux penser à ce pays comme j’évoquerai des gens que je connais, me demandant, incidemment, au cours de la journée, ce qu’ils deviennent… tiens, il faudrait peut-être reprendre contact avec eux…

Le vrai, c’est qu’ils ont soif d’être seuls dans leur silence. Ils ont l’habitude des grands champs vides qui vivent lentement à côté d’eux. (198)

La littérature, la réalité, l’imaginaire, la vie de la conscience, la construction de soi qui est faite d’histoires, laissons-nous glisser entre leurs frontières floues…

Plateau du Lévézou

Plateau du Lévézou

Plateau du Lévézou

Plateau du Lévézou

Chemin des éoliennes

Chemin des éoliennes

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *