Henning Mankell, La muraille invisible, lu par Marc-Henri Boisse

Henning Mankell, La muraille invisible, lu par Marc-Henri Boisse

Ces derniers temps, je me suis successivement retrouvée en désamour avec Camilla Läckberg, Fred Vargas, puis Arnaldur Indridason. Heureusement que pour sa part, Henning Mankell a gardé sa densité d’écriture aux solides fondations jusqu’au bout. Les versions audio de ses romans aux éditions Sixtrid restent des valeurs sûres. D’écoute en écoute, Marc-Henri Boisse devient indissociable de son personnage à la manière d’un Bruno Crémer incarnant Jules Maigret de toutes les fibres de son être. Au-delà de Wallander, c’est toute l’atmosphère délétère de la société suédoise vue par Henning Mankell qu’il arrive à transmettre par le seul biais de sa voix.

Une mosaïque d’individualités que l’équipe d’enquête peine à relier les unes avec les autres instaure un dynamisme de réflexion chez la lectrice. Il y aurait malgré tout une pointe d’humour dans cette muraille… Ce Wallander qui hésite, qui recule, qui se dégonfle devant… une petite annonce matrimoniale (!) dévoile une faiblesse tout à fait surprenante !

Un épisode d’une excellente tenue.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *