Romain Gary, Gros-Câlin, lu par François Berleand

Causse du Larzac, la Vacquerie - Romain Gary, Gros-Câlin, lu par François Berleand

Causse du Larzac, la Vacquerie

C’était la gêne… à cause du contact humain. (1:02:38)

Qu’est-ce qui m’a pris de vouloir relire ce Gros-Câlin alors que j’en avais gardé une impression très mitigée il y a des années ? Je ne sais plus exactement. Le titre est génial, toujours attirant malgré le contenu… j’ai appris à aimer Romain Gary depuis… j’ai dû entendre parler du livre ici ou là… toujours est-il que ma lecture a été similaire à celle de ma jeunesse (ça a quelque chose de rassurant, après tout, cette persistance du ressenti). Je suis seulement un peu mieux armée aujourd’hui pour faire face aux aspects glauques et morbides du texte. L’humour est coriace, le ton geignard. François Berleand a une fêlure à juste proportion dans la voix, ni trop petite, ni trop grande. Les pensées intérieures de ce type un tantinet autiste qui essaie désespérément d’appartenir au genre humain puis finit par y renoncer sont aussi étouffantes que l’étreinte dudit python. Difficile de se pousser à aller jusqu’au bout, impossible de ne pas en ressortir mal-à-l’aise, mais une parabole marquante de la solitude poussée jusqu’au bout.

J’avais envie de mourir en attendant mieux. (1:24:11)

Cirque de Navacelles

Cirque de Navacelles

Causse du Larzac - Dolmen de la Pinarède

Causse du Larzac – Dolmen de la Pinarède

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *