Henning Mankell, Un paradis trompeur, lu par Hélène Lausseur

The Rijksmuseum BK-1969-106 - Henning Mankell, Un paradis trompeur, lu par Hélène Lausseur

The Rijksmuseum, Amsterdam BK-1969-106

Cela faisait longtemps que je n’avais pas entendu Hélène Lausseur. J’en ai ressenti un sincère plaisir. Il en est des lecteurs comme des voix à la radio, on s’attache… Pour ce qui est d’Henning Mankell, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’écarte franchement de la série des Wallander. Il avait envie de nous parler de l’Afrique, de la violence ordinaire des colonies, de la peur qui mène les êtres par le bout du nez. C’est pas mal… on ne retrouve pas la rugosité, la densité, la profondeur qu’on lui connaît dans ses polars mais son roman a un certain charme. Il s’écoute simplement sans que les aspects brutaux ne nous heurtent outre mesure. Sa conclusion hérisserait notre très pragmatique commissaire ! (et je garde un doute sur une certaine poudre suivie d’un certain décès… mais nous ne sommes pas dans un roman policier… !)

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *