Jérôme Camut et Nathalie Hug, Les murs de sang

Jérôme Camut et Nathalie Hug, Les murs de sang

Une écriture à deux mains originale et harmonieuse.

Un thriller très visuel, très film d’action rebondissant dans tous les coins comme une balle. On ne peut par dire qu’on ai le temps de s’ennuyer.

La brute vengeresse et incontrôlable qui tient lieu de personnage principal m’est ceci dit devenue très vite fatigante et antipathique.

Sans doute du bon travail dans le genre imbroglio politico-financier. Mais… adrénaline, testostérone, violence, brutalité, moralisme douteux (on paie toujours ses fautes… bla bla bla… »), le tout sans aucun humour ni décalage… pour ma part, je passe mon chemin.

[Lu dans le cadre du Prix des lectrices Confidentielles 2012]

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Jean-Luc Bizien, Vienne la nuit, sonne l’heure

Jean-Luc Bizien, Vienne la nuit, sonne l'heure

Je suis depuis de nombreuses années une fidèle lectrice de la collection Grands détectives chez 10/18. J’apprécie en outre les romans policiers se déroulant au XIXe siècle. Autant dire que j’avais un excellent a priori sur celui-ci.

… déception profonde !

Des tergiversations amoureuses qui m’ont laissée froide, des pirouettes temporelle qui n’animent pas vraiment le récit, de longs passages de journal intime assez creux…

Pour une histoire d’aliéniste aux prises avec une femme aux mœurs troubles sous une apparence socialement avenante, mieux vaut ouvrir un Caleb Carr.

[Lu dans le cadre du Prix des lectrices Confidentielles 2012]

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Aurélien Molas, Les fantômes du Delta

Aurélien Molas, Les fantômes du Delta

Un roman bien mené dont les personnages tiennent la route. On y rencontre une humanité très contrastée, parfois salement humaine, faisant de son mieux dans un contexte pour le moins déstabilisant et houleux.

Le nœud de l’intrigue est simple mais redoutablement efficace pour tenir le lecteur en haleine, d’autant plus que les scènes d’action sont bien dosées et bien réparties.

Un livre très ancré dans l’actualité, et bien étayé. L’information est si bien intégrée au roman qu’elle ne lasse pas. Il m’a donné l’occasion de découvrir l’histoire de Brooke Grinberg que je ne connaissais pas du tout et qui m’a vivement intéressée.

Médicalement et littérairement parlant, la dernière phrase était peut-être de trop. Ceci dit, au milieu de ce chaos, on comprend que l’auteur aie eu envie de finir sur une note de tendresse.

[Lu dans le cadre du Prix les lectrices Confidentielles 2012]

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Jérôme Delafosse, Les larmes d’Aral

Jérôme Delafosse, Les larmes d’Aral

On part sur du polar parisien avec querelles entre services de police, affaires de terrorisme, courses poursuites… du classique bien mené ! Un sens du détail concret qui rajoute du sel et du réalisme.

Le suspens se densifie, les pistes se multiplient, se résolvent tout en entraînant d’autres questionnements, dans un ensemble de poupées russes finissant par s’éloigner des pistes déjà vues pour s’enfoncer dans un profond mystère.

Jusqu’au dénouement final… et quel dénouement ! Les amateurs du genre apprécieront sans doute… pour ma part, encore un livre dont j’aurai survolé la fin en quatrième vitesse. Vraiment too much ! Pourquoi les écrivains se sentent-ils obligés de gâcher leurs livres – par ailleurs pas mal du tout – par des fins grandiloquentes et invraisemblables ?

[Lu dans le cadre du Prix des Lectrices Confidentielles 2012]

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Nadine Monfils, La petite fêlée aux allumettes

Nadine Monfils, La petite fêlée aux allumettes

.. où la lune ressemble à un caramel au beurre…

Et où Jean-Claude Van Damne est un ange du ciel provoquant des extases mystiques à la Hildegarde de Bingen (ou presque !).

Virtuosité d’écriture dans l’art de l’épithète et de l’attribut; irrévérence, amoralité confirmée; humour belge dévastateur… je viens de découvrir la Terry Pratchett du polar !

Nadine Monfils a gagné une lectrice assidue !

… et moi je vais m’entraîner à lire dans les lignes du tricot…

[Lu dans le cadre du Prix les lectrices Confidentielles 2012]

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Elena Sander, Le sang des dauphins noirs

Elena Sander, Le sang des dauphins noirs

Ce livre est certainement plein de bonnes intentions…

Les méchantes multinationales sont méchantes du début à la fin (peut-être même un peu plus à la fin), et les gentils écologistes restent invariablement gentils (mise à part deux petits écarts égoïstes, mais rien de très significatif).

L’héroïne trie soigneusement ses déchets, achète des produits du commerce équitable, utilise des sacs en toile réutilisable, se soigne à l’homéopathie, mange du chocolat noir à 70%… on sent que le public est ciblé !

J’ai eu l’impression de lire un mélange de catalogues Ikéa et La Redoute assaisonnés de tracts militants de Greenpeace et d’un soupçon d’étude ethnologique sur le bobo militant de base (et ses habitudes de consommation).

Ce n’est ni bon, ni mauvais. Rien qui bouscule, rien qui surprenne, aucun doute, pas un un brin d’herbe de travers. Mon encéphalogramme reste plat…

[Lu dans le cadre du Prix des lectrices Confidentielles 2012]

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Olivier Gay, Les talons haut rapprochent les filles du ciel

Olivier Gay, Les talons haut rapprochent les filles du ciel

Elle maniait le tonfa, je me passais de la crème anti-hémorroïdes sous les yeux. Nous étions parfaits l’un pour l’autre.

Au début du livre j’ai tordu le nez et je me suis dit : Oh non, de la drogue, du sexe, de l’alcool, beurk ! Puis j’ai vite changé d’avis. Il y avait un je-ne-sais-quoi dans le style qui a commencé à me titiller, une écriture mine de rien très soignée, de l’humour, du décalage, de la gouaille, un monceau d’auto-dérision. L’auteur s’amuse avec les mots et j’ai fini par m’amuser avec lui.

Il faut dire que le trio d’enquêteurs totalement improbables y est pour beaucoup. De l’intrigue juste comme il faut, qui avance l’air de rien et nous voilà avec un cocktail très rafraîchissant. Je me suis régalée !

[Lu dans le cadre du Prix des Lectrices Confidentielles 2012]

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Stephen Batchelor, Itinéraire d’un bouddhiste athée

Stephen Batchelor, Itinéraire d’un bouddhiste athée

La mise en place didactique du début du livre ne m’a pas emballée plus que ça… puis le doute est apparu et tout est devenu beaucoup plus intéressant.

Sur un ton lucide et impertinent, et faisant montre d’une intégrité taquine, Stephen Batchelor nous emmène dans un périple à travers ses expérience du bouddhisme tibétain gelugpa, du bouddhisme zen coréen et d’une forme communautaire de bouddhisme anglais. De digressions en post-it, il nous accompagne dans le flux changeant et imprévisible de l’existence, proposant de développer une perplexité curieuse, porte ouverte sur le grand doute.

Une ode à la vie telle qu’on en rencontre rarement dans la littérature bouddhiste !

Parallèlement à cela, Stephen Batchelor trace une esquisse de la biographie du Bouddha historique à partir du canon pali. Se dessine un homme ancré dans le monde et les relations sociales, au contact des cultures perses et grecques et aux prises avec les réalités plus ou moins ragoûtantes de son temps. Vision inhabituelle qui ne manque pas d’intérêt.

Brillant, intelligent et lumineux !

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Elizabeth Goudge, L’enfant venue de la mer

Elizabeth Goudge, L’enfant venue de la mer

Le maintien de la vérité est si difficile.

Une littérature que j’ai longtemps tenue pour « du roman de grand-mère à l’eau de rose » avant que je ne finisse par aller au-delà de mes préjugés sur des instances amicales.

Elizabeth Goudge, c’est d’abord une écriture de la grâce et de l’initiation intérieure; une immédiate poésie portée par la liberté des grands espaces et de l’étendue du ciel.

On se retrouve en général dans des histoires d’amour follement romanesques, mais si bien écrites qu’on se laisse enchanter par l’atmosphère; des histoires de princes et de princesses sans mièvrerie.

De prince il s’agit ici effectivement, et plus précisément du futur roi Charles II d’Angleterre. L’aspect historique court tout au long du roman mais en filigrane. Cela ne gène nullement la lecture si on ne s’y intéresse pas. Après quelques recherches je me suis d’ailleurs rendue compte que l’auteur avait beaucoup romancé les faits historiques, et notamment les caractères des protagonistes principaux.

Malgré la magie des débuts, la confrontation de la grâce et de la réalité ne se fera pas sans dégâts…

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Franck Thilliez, Vertige

Franck Thilliez, Vertige

Une écriture simple, directe et rapide, d’emblée agressive. On entre de plain-pied dans du tout émotionnel, de la grosse cavalerie aux relents cinématographiques privilégiant le visuel.

Chaque chapitre a droit à une citation d’ouverture dans une tentative de donner du corps et de la profondeur à un texte qui n’en a pas.

Sur le thème du huis-clos souterrain, Arthur Upfield a fait bien mieux.

Je n’ai rien contre les livres qui exposent la laideur du monde ou frisent le glauque tant qu’il y a de l’humanité. Ici l’auteur traite ses personnages comme des objets, les utilisant de manière caricaturale dans une mise en scène censée se justifier par son final.

Car nous aboutissons au final à un double pied-de-nez, dans le style de Shutter Island ou de La mort des neiges de Brigitte Aubert. On aime bien utiliser utiliser les fous dans ces cas-là. Je trouve ça de très mauvais goût. La folie a bon dos… Il faudrait leur dire que la psychiatrie a évolué depuis le XIXe siècle…

Il n’y a aucun amour dans cette littérature à sensation.

[Lu dans le cadre du Prix des lectrices Confidentielles 2012]

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire