Gabriel Tallent, My Absolute Darling, lu par Marie Bouvet

Gallica, Bibliothèque nationale de France btv1b8577566w - Gabriel Tallent, My Absolute Darling, lu par Marie Bouvet

Gallica, Bibliothèque nationale de France btv1b8577566w

Marie Bouvet se glisse dans la violence du roman d’une voix douce et intense. Elle interprète la première scène d’inceste – fondatrice et saisissante – avec sensualité, en faisant ressortir les aspects du plaisir. Elle en fait une pièce centrale sans cacher l’ambivalence des sentiments, ce qui frappe le cœur du lecteur par son authenticité. C’est aussi ce qui donne sa force au roman. Aucun jugement n’est émis sur les actes de … On suit l’évolution mentale de Turtle au plus près. La faille permanente, le moindre trébuchement qui peut être fatal. La peinture psychologique est puissante et juste. Et la fin ne fait pas concessions, ne cherche pas à nous rassurer et à nous prendre dans ses bras pour nous dire que la vie est belle et que les choses s’arrangent toujours. Les blessures restent vives dans la chair et le potager ne fonctionne pas malgré tous nos efforts… trouver la paix nécessite un long chemin intérieur à parcourir.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *