Serge Brussolo, La planète des ouragans

Serge Brussolo, La planète des ouragans

Un bouquin pris au hasard dans les rayons poussiéreux d’Emmaüs qui s’est révélé être de la science-fiction comme je rêvais d’en lire depuis longtemps : habitée par une puissance d’évocation époustouflante.

L’auteur vit ce qu’il écrit. Pas besoin de longues explications ni de mises en place plan-plan. On est d’emblée projeté dans l’écosystème du livre. Une écriture servie par une poésie flamboyante nous met face à l’horreur sacrée de ce qui est. Il y a quelque-chose de l’expérience de la pleine conscience dans cet acte littéraire.

Serge Brussolo part d’une idée simple : imaginons une planète balayée par des vents meurtriers. Il brode là-dessus un monde apocalyptique, dépeint une humanité déliquescente où les secte religieuses les plus diverses foisonnent dans un délire philosophique aussi dévastateur qu’inventif. Gare à ceux qui chercheraient à préserver leur intégrité ! La lucidité est un danger mortel dans un tel univers. Les êtres qui s’y essaient, cantonnés de galeries claustrophobiques en muséums-cerveaux où la profusion des objets met en déséquilibre les chemins du mental, n’en sortent pas indemnes. Seule la voie de la survie finit par être offerte.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *