Tony Hillerman, Là où dansent les morts

Mont Aigoual, arboretum de l'Hort de Dieu - Tony Hillerman, Là où dansent les morts

Mont Aigoual, arboretum de l’Hort de Dieu

Encore un jeune garçon en fuite, encore une usurpation traditionnelle. Si les ingrédients de base rappellent le premier épisode de la trilogie, je trouve celui-ci plus abouti.

La mythologie est beaucoup plus présente et nourrit le noyau de l’intrigue. Les courants qui régissent les interactions entre les êtres, leurs croyances, leurs pratiques spirituelles et les éléments naturels forment une globalité d’une grande justesse. Le paysage fait partie intégrante de l’enquête. Joe Leaphorn parcourt des kilomètres et des kilomètres dans sa voiture – et il faut voir sur quelles routes ! – pour rencontrer des gens. Dans ces contrées où la solitude est un composant naturel de la vie, la parole acquiert une densité particulière.

À toujours vouloir trouver une logique, il a tendance à passer à côté de certaines possibilités. J’ai compris bien avant lui le coup du mot dans la boîte à déjeuner… Mais même si la lectrice a un temps d’avance, Ernesto Cata et George Bowlegs sont des personnages touchants dans leur vulnérabilité adolescente. Et La fin est flamboyante. Plusieurs années ont passé depuis ma première lecture, j’en restais cependant imprégnée.

Arboretum de l'Hort de Dieu - Hêtre pourpre

Arboretum de l’Hort de Dieu – Hêtre pourpre

Arboretum de l'Hort de Dieu - Séquoia géant

Arboretum de l’Hort de Dieu – Séquoia géant

Mont Aigoual

Mont Aigoual

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *