Lian Hearn, Le clan des Otoris, tome 1 : Le Silence du Rossignol, lu par Thierry Hancisse

Metropolitan Museum - Le Clan des Otori, tome 1 : Le Silence du Rossignol, lu par Thierry Hancisse

The Metropolitan Museum of Art, New York

Le peu d’attention que l’action demande m’a laissé toute latitude pour me concentrer sur mes travaux de broderie. Des idées originales dans un cadre éculé. Des scènes rapides et des caractères définis d’un trait de pinceau qui se prêtent parfaitement à une mise en audio soignée. Cette aventureuse initiation d’un jeune homme, entre bravoure et droiture à faire vibrer un cœur adolescent, ont dépanné mes heures de travaux à l’aiguille malgré mon âge un peu trop avancé pour ce genre d’enthousiasme valeureux et romantique.

 

 

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Paula Hawkins, La fille du train, lu par Valérie Marchant, Joséphine de Renesse et Julie Basecqz

Getty Search Gateway - Paula Hawkins, La fille du train, lu par Valérie Marchant, Joséphine de Renesse et Julie Basecqz

The J. Paul Getty Museum, Los Angeles

Cette fille du train se prête merveilleusement au livre audio, à croire qu’on l’a écrit exprès pour ce média. Rythme et alternance des voix, tension et empathie émotionnelle, en font un objet sonore parfait en son genre. C’est pas mal boutiqué. Des ficelles éculées bien recyclées. La force de l’habitude aidant, j’ai rapidement appliqué la loi qui veut que le grand méchant soit le personnage le plus digne de confiance de tout le panel, et deviné qui c’était. Mais ça n’a gâché que la toute fin. Comme quoi on peut faire un bon thriller avec des clichés et des ingrédients convenus – hommes au physique de publicité, femmes fragiles, manipulation larvée – pour peu qu’on frise la marge de leur délitement.

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray, lu par Denis Podalydès

The Rijksmuseum - Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray, lu par Denis Podalydès

The Rijksmuseum, Amsterdam

En-dehors des discours pseudo-philosophiques maniérés de lord Henry et d’un manichéisme péchés/vertu avarié, c’est plutôt une bonne histoire. Adolescente, séduite par l’originalité fantastique, j’avais aimé ça. Aujourd’hui je trouve Oscar Wilde pompeux et assez insupportable dans ses poses d’esthète désincarné fasciné par la perdition. Il y a de multiples pistes de lecture, j’ai aimé suivre celle du mensonge, de la fausse image de soi offerte au monde et devenant une justification intérieure. Denis Podalydès est parfait.

 

 

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

 

Si le gel lorgne tes plantules, sors tes vieux draps pour les border sans craindre le ridicule.

Vabres l'Abbaye - Gel au otager

 

Publié dans Hors sujet | Laisser un commentaire

Honoré de Balzac, César Birotteau, lu par Marc-Henri Boisse

The New York Public Library

C’est pathétique et ça n’en finit pas. De chute en chute, César Birotteau s’enfonce dans la mouise. Naissance de la spéculation immobilière, invention de la publicité, la peinture de cette tranche de société ne manque pas de piquant quand on voit où on en est aujourd’hui en matière de capitalisme, où même le président de la République n’est plus qu’un produit marketing. Les entourloupes financières, chez Balzac, me sont toujours obscures. Le récit en lui-même finit par être lassant, surtout dans ses dernières envolées lyriques mais Marc-Henri Boisse le porte bien.

 

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Claudie Hunzinger, La langue des oiseaux

Causse du Larzac, roc du Mérigou - La langue des oiseaux de Claudie Hunzinger

Causse du Larzac, roc du Mérigou

Je me revoie essayer de percer les murs de la réalité de toutes mes forces pour découvrir quelqu’un derrière. Personne. Alors, je me suis arrêtée aux murs, je les ai scrutés. (110)

Il y a de beaux passages, des paquets de phrases finement tournés, poétiquement percutants, immédiatement perçus. Une langue nourrie de tendresse humaine. Mais je n’ai pas marché. La rencontre avec Sayo, hybride de Murakami et de Yoko Ogawa m’a parue mièvre. Claudie Hunzinger part dans un rêve qui vide progressivement les mots de leur substance, ne demeure plus que leur joliesse. Patauger dans les fantasmes des autres ne m’a jamais emballée. Il eût mieux valu percer un trou dans les murs pour effleurer l’essence animale de l’existence. Et puis de toute façon les oiseaux ne chantent pas pour nous. Notre oreille n’est pas faite pour les entendre. La parabole agace d’emblée ma droiture d’ornithologue amateur.

Causse du Larzac - Roc du Mérigou - Lézard vert

Causse du Larzac – Lézard vert

Causse du Larzac - Roc du Mérigou - Iris sauvages

Causse du Larzac – Iris sauvages

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Stendhal, Le rouge et le noir

Causse du Larzac - Roc du Mérigou - Le rouge et le noir de Stendhal

Causse du Larzac, roc du Mérigou

Julien ne sut que plus tard quel était le talent, spécial, de l’abbé de Frilair. Il savait amuser son évêque, vieillard aimable, fait pour le séjour de Paris, et qui regardait Besançon comme un exil. Cet évêque avait une fort mauvaise vue, et aimait passionnément le poisson. L’abbé de Frilair ôtait les arrêtes du poisson qu’on servait à Monseigneur. (212)

L’abordage a été laborieux. Stendhal est un homme à virgules. Il avance d’un pas, puis prend des chemins détournés, avant de repartir, dans la même phrase. Les psychologies m’ont donné du fil à retordre. Il m’a fallu user d’une lecture patiente pour que naissent des agrégats de personnages cohérents dans mon imagination. Mais je me suis par contre rapidement délectée du ton incisif, de l’ironie mordante, du regard acéré. Une réflexion sur la nécessité de l’hypocrisie en société et sur ambiguïté des sentiments qui portent les êtres en font un roman déniaisant. Les tâtonnements de Julien, constamment à la marge, au-dessous du ridicule, comme il le dit lui-même, aux prises avec des mondes nouveaux auxquels il confronte son ambition, sont tout à fait fascinants de finesse et de crudité. Je me suis essoufflée devant l’orgueil de Mathilde et les accents mélodramatiques de la fin. Mais une expérience marquante. Assurément pas une harpe éolienne du style !

Causse du Larzac, roc du Mérigou, iris sauvages

Causse du Larzac – Iris sauvages

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Honoré de Balzac, La maison du chat qui pelote, lu Alain Lawrence

Getty Search Gateway - chat

The J. Paul Getty Museum, Los Angeles

En dehors du titre, baroque trouvaille qui donne immédiatement envie de savoir de quoi il retourne, ce félin n’a ni poil soyeux, ni griffes piquantes, et n’offre à la lectrice du XXIe siècle que considérations sur les pures et vertueuses jeunes filles qui succombent sous l’élan des puissantes étreintes des génies. Je ne sais pas comment il faut prendre ce livre. Balzac y fait-il allusion à lui-même ? Est-ce une parabole autour de la puissance artistique, aussi créatrice que destructrice ? Pour le plaisir littéraire, en tout cas, c’est raté. Trop vieillot.

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Stieg Larsson, Millénium 3, La reine dans le palais des courants d’air, lu par Emmanuel Dekoninck

Getty Search Gateway - vent

The J. Paul Getty Museum, Los Angeles

La même histoire est reprise de différents points de vue jusqu’à son achèvement. Journalistes, politiques, police officielle et police secrète, justice, scrutent, décortiquent et fantasment sur Lisbeth. De longues plages de dialogues détaillés, revenant sans cesse sur les mêmes éléments, ont un peu découragé ma lecture en milieu d’ouvrage. Mais l’ensemble garde son originalité et son caractère jusqu’au bout. A noter, une interview de l’éditeur sur la genèse de la publication française dans l’édition audio. Rétrospectivement, après avoir réécouté les trois premiers tomes, le quatrième me semble inutile et décalé, même s’il ne manque pas de qualité en lui-même. Une niche pour éditeurs en mal d’audace.

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire

Anne Hillerman – La fille de Femme-Araignée

Cirque de Navacelles - La Vis - La fille de Femme Araignée de Anne Hillerman

Cirque de Navacelles, la Vis

– C’est sur elle que ma mère plaisantait toujours quand il fallait qu’elle recommence partiellement une tapisserie. Elle m’a expliqué qu’elle contribue à résoudre les complications imprévues de l’existence, qu’elle démêle les situations embrouillées . (62)

Je saurai désormais à qui penser quand je m’emmêlerai les aiguilles dans mes points de broderie : Fille de Femme-Araignée ! Du reste je ne fais jamais de mal aux araignées et elles tissent allègrement leurs toiles dans les recoins de ma maison…

Anne Hillerman reprend le stylo de son père d’une manière émouvante et respectueuse, tendre et créative. De nombreux clins d’œil parsèment le récit, ceux qui ont tout lu se régalent dans la réminiscence des enquêtes passées, entre hommage et remise à plat. Alors, évidemment, quand on ne voit pas de petite note associée au nom de Maxie Davis, qui nous est pourtant bien familier, on se dit qu’il y a serpent sous roche. Bonne idée d’avoir prolongé ce Voleur de temps ! À la fois un des meilleurs romans et celui qui laissait le plus de mystère en suspend. Il faut croire qu’Anne Hillerman n’avait pas apprécié le personnage – assez insupportable – lors de sa première lecture !

Une écriture plus ronde, plus portée sur les sentiments et les émotions. Une attention plus grande envers les éléments de culture navajo. Jim Chee nourrit toujours aussi mal les chats. Les ficelles déclencheuses sont parfois un peu grosses et peu convaincantes (la femme témoin du Canyon de Chaco rencontrée comme par hasard) mais il y a du charme dans cette passation. La magie, cependant, s’est éventée. Chez le père, cailloux et genévriers formaient le socle de l’écriture, le paysage était le générateur de l’intrigue, l’essence vitale des personnages, le souffle même qui animait les mots. Chez la fille, ce n’est plus qu’un décor où se meuvent Bernadette Manuelito, Jim Chee et Joe Leaphorn.

Cirque de Navacelles - La Vis - Moulin de la Foux

Cirque de Navacelles – Résurgence de la Foux

Cirque de Navacelles, la Vis au moulin de la Foux

Cirque de Navacelles – La Vis au moulin de la Foux

 

Publié dans Explorations littéraires | Laisser un commentaire