Léon Tolstoï, La mort d’Ivan Illitch, lu par Christophe Lemée

National Gallery of Art - La mort d'Ivan Illitch de Léon Tolstoï lu par Christophe Tomée

The National Gallery of Art, Washington 1943.8.16875

C’est lourd, c’est pesant. La lecture manque d’une pointe d’ironie, de raillerie, qui mettrai l’absurdité en valeur. et donnerai au moins une vision baroque de l’existence. J’ai manqué d’accroche. On voit bien où Tolstoï veut nous mener; la mort qui volette sans qu’on y puisse rien, l’environnement qui n’offre aucun secours et qui se voile la face, la vanité de l’homme et son désarroi quand tout s’effondre. Et à la fin ? Dieu ? Oui, mais à travers une simple lueur qui ne nous apprend rien de plus. Ivan s’est peut-être résorbé en paix, la lectrice reste sur sa fin. Tout ça pour ça… beaucoup de questions et pas de réponse.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *