JMG Le Clezio, Révolutions

The Metropolitan Museum of Art, New York 17.45 - JMG Le Clezio, Révolutions

The Metropolitan Museum of Art, New York 17.45

J’ai été une grande lectrice des livres de JMG Le Clezio dans mon adolescence. Les brèves tentatives que j’avais faite  pour y replonger depuis m’avaient vite lassée. Et voici que quelque 17 ans plus tard, je m’y remets avec bonheur.

La puissance d’évocation du texte est telle qu’on entre de plein pied dans l’univers de la tante Catherine. Le goût du thé à la vanille titille irrésistiblement les papilles. À travers ses rencontres avec Jean, les frontières entre le réel et l’imaginaire se floutent, vacillent, se cherchent, dans une imbrication qui construit l’être et sa perception du monde. Les mécanismes de la mémoire empiètent sur tous les temps, présent, passé et futur. L’histoire d’un seul contient celle de ceux qui l’ont précédé, entouré, et la quête d’identité finit par plonger dans l’universalité de l’expérience humaine, de sa douleur et de sa recherche de dignité. Cet être humain qui erre de par le monde et peine à trouver une réelle harmonie.

Les contes de l’île Maurice côtoient les faits historiques, la guerre, les révoltes estudiantines en France et au Mexique, l’histoire de la Bretagne, dans des récits qui ne laissent pas le temps de s’ennuyer et qui, mine de rien, nous parlent de l’intégrité de l’être, de l’importance d’aller au-delà de la conscience de soi, d’une certaine exigence d’intensité et de profondeur de la vie. Une cartographie vers l’espace infini et vaste qui sous-tend le monde.

De merveilleuses retrouvailles !

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *