Patti Smith, Glaneurs de rêves

Causse Noir, Roquesaltes

Il existe un chemin dans cette petite devinette. (95)

L’objet a beaucoup de charme. Son format. Le tableau de couverture. Les photos mystérieuses en noir et blanc. Un univers à caresser. Des évocations, des sensations. Sortir de la réflexion. Feuilleté, picoré, ne sachant par quel bout le prendre une fois passé l’introduction. Certaines phrases font mouche.

Je suis prise d’un désir nostalgique de redevenir celle que je n’ai pas été. (86)

Lecture de plein air et de vent. La gravité de l’enfance et ses chemins intérieurs. Une justesse rarement évoquée et que la poésie rend très bien. Solitude et quête. Interrogation. Lu dans l’ordre et d’une traite, les images se répondent. Comme dans une boule à neige de Terry Pratchett qui contiendrait tout un monde. Patti Smith dévoile des états d’être qui me parlent, que je reconnais.

De l’esprit on ne peut jamais être certain. (31)

Trouver son souffle…

Causse Noir - Roquesaltes

Causse Noir – Roquesaltes

Causse Noir - Vautour fauve

Causse Noir – Vautour fauve

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *