Jay Cantor, Krazy Kat

Jay Cantor, Krazy Kat

J’ai lu l’introduction et essayé de survoler le reste – à haute altitude plutôt qu’en rase-motte je le crains.

On retrouve l’atmosphère des bandes-dessinées de Robert Crumb et de Fritz le chat en particulier. C’est émaillé d’un tas de références culturelles 100% américaines qui me passent au-dessus de la tête. Assez foutraque dans la forme, indigeste par excès de ni-queue, ni tête.

Pour initiés…

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *