Claudie Hunzinger, La langue des oiseaux

Causse du Larzac, roc du Mérigou - La langue des oiseaux de Claudie Hunzinger

Causse du Larzac, roc du Mérigou

Je me revoie essayer de percer les murs de la réalité de toutes mes forces pour découvrir quelqu’un derrière. Personne. Alors, je me suis arrêtée aux murs, je les ai scrutés. (110)

Il y a de beaux passages, des paquets de phrases finement tournés, poétiquement percutants, immédiatement perçus. Une langue nourrie de tendresse humaine. Mais je n’ai pas marché. La rencontre avec Sayo, hybride de Murakami et de Yoko Ogawa m’a parue mièvre. Claudie Hunzinger part dans un rêve qui vide progressivement les mots de leur substance, ne demeure plus que leur joliesse. Patauger dans les fantasmes des autres ne m’a jamais emballée. Il eût mieux valu percer un trou dans les murs pour effleurer l’essence animale de l’existence. Et puis de toute façon les oiseaux ne chantent pas pour nous. Notre oreille n’est pas faite pour les entendre. La parabole agace d’emblée ma droiture d’ornithologue amateur.

Causse du Larzac - Roc du Mérigou - Lézard vert

Causse du Larzac – Lézard vert

Causse du Larzac - Roc du Mérigou - Iris sauvages

Causse du Larzac – Iris sauvages

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *