Arnaldur Indridason, Les nuits de Rejkyavik, lu par Jean-Marc Delhausse

The Metropolitan Museum of Art, New York 49.55.7 - Arnaldur Indridason, Les nuits de Rejkyavik, lu par Jean-Marc Delhausse

The Metropolitan Museum of Art, New York 49.55.7

Lente déambulation dans le passé, parmi noctambules et clochards, que j’ai bien appréciée. Une tonalité brun grisâtre, des espaces ouverts et un temps qui s’étire. Erlendur, quoique toujours roide, y déploie ses meilleures qualités. On navigue en eau trouble à travers les no man’s land, l’enquête n’est pas déplaisante. Elle se déroule en dilettante, comme un temps mort, de ceux qu’occupent les oubliés.

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *