Michel Jean & collectif, Amun

Causse du Larzac, cirque du Brias

On ne sait trop si le filet rouge usé, en suspension sur la couverture, est emporté sans force dans les remous du vent, vole de son propre chef et selon son désir, ou suit le mouvement d’un pêcheur qui vient de le lancer. Les consciences qui habitent ces dix nouvelles cherchent leurs sentiers, sous la neige ou dans le vent, en faisant de l’auto-stop le long de la route 138 qui sort de la réserve ou en tenant la main de leur mère. Une interrogation latente bruisse sous les récits. Le sentiment individuel entre en dialogue avec le fond culturel collectif innu, cri ou huron-wendate, le souvenir du colonisateur avec les portes nouvelles qui peuvent être poussées. L’un se perd corps et âme dans le Grand Vide cosmique, une autre retrouve le chemin d’elle-même par la force incarnante d’une vision intime chamanique.

Tout à l’heure, j’ai disposé des ossements de lièvre autour du camp, attachés à des fils, comme maman faisait chez nous. « Il faut honorer l’âme des animaux », disait-elle. Elle avait raison. (72)

Dans notre tradition familiale, entre causses aveyronnais et falaises héraultaises, on ne jette jamais les os et les arrêtes des animaux qu’on mange à la poubelle, ce qui heurte notre sens de la fraternité avec les êtres sensibles, mais on les disperse dans la nature à l’occasion de randonnées. L’approche innue est très séduisante et je l’insufflerai bien dans notre courant d’être, mais elle nous causerait sans doute des problèmes avec le voisinage…

Les territoires sont toujours là (17)

L’agencement des textes est soigneux. On glisse d’enfers en renaissances, de fictions en récits personnels. Memekueshu répond à Où es-tu, l’émotion m’a saisie. Par le télescopage des imaginations, l’adolescente en motoneige entre en culbute avec la souffrance d’une nomade. Les créations les plus fouillées du point de vue de l’écriture sont celles qui m’ont le plus enveloppée : Nashtash va à la ville, conte succinct et symbolique, Harfang des neiges, poétique intérieure pleine d’images, et Hannibalo-God-Mozilla contre le Grand Vide cosmique, imbroglio temporel si juste et représentatif de nos développements mentaux. Une voix murmure incontestablement, entre forêts du Québec et bitume de Montréal, qui porte en elle des accents singuliers, et qui par la grande magie de la littérature imprègne de son souffle la mémoire humaine et son devenir. Les voies de l’air, de l’imagination et des mots sont souples pourvu qu’on sache les négocier; les faire pénétrer jusqu’au cœur de l’homme reste plus délicat. Les auteurs de ce recueil s’y essayent avec adresse, force d’âme, tendresse et sincérité.

[Lu dans le cadre de ces fabuleuses masses critiques]

Cirque du Brias – Tournemire

Cirque du Brias – Craves à bec rouge

Cirque du Brias – Grand corbeau

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *