Yasmina Reza, Heureux les heureux

Yasmina Reza, Heureux les heureux

Quand on décongèle un réfrigérateur, ça coule et il faut éponger. Yasmina Reza écrit les pensées-glaçons de ses personnages au fil de leur fonte, sans paragraphes. Ça coule, ça coule, et ça ne dit rien. Les femmes sont comme-ci, les hommes sont comme-ça. De généralités en banalités, concentré d’idées convenues basé sur un procédé déjà lu, ce livre est d’une platitude effrayante. Un néant de créativité.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *