Éric Chevillard, L’autofictif père et fils

Éric Chevillard, L’autofictif père et fils

Après la lecture de mon premier Autofictif, j’étais très enthousiaste à l’idée que je pouvais le retrouver quotidiennement, guillerettement et gratuitement sur internet. Mais je me suis vite rendue compte que je prenais beaucoup plus de plaisir à lire les livres. Le charme de la page pleine de promesse, le chatouillement de plaisir à la taquiner, à faire durer le plaisir avant de la tourner. Le Chevillard de papier est beaucoup plus jouissif.

J’admire son art de la critique littéraire et du haïku, sa mauvaise foi assumée concernant son succès commercial. La concision est chez lui une seconde nature. Ce recueil est plus amer et plus dur. De jolies saillies en pages : 28 / 85 / 93 / 135 / 168 / 172 / 175 / 200 / 204 / 216 / 239 / 240.

(Et oui, il faudra ouvrir le livre pour les découvrir !)

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *