Annie Ernaux, L’autre fille, lu par l’auteur

Annie Ernaux, L’autre fille, lu par l’auteur

Une voix frêle, mais décidée. Râpeuse, mais appuyée. On entend l’énergie dense, coriace, qui sous-tend l’écriture d’Annie Ernaux. Avec lucidité, distance, vérité, elle cherche à en finir avec le flou du vécu. Son travail sur la mémoire interpelle. Il est constructif, plein de respect pour les sentiments qui la traversent ou l’ont traversée. Elle ne se juge pas, même si son regard acéré n’est pas toujours simple à soutenir. J’écris pour savoir.

J’avais beaucoup aimé la lettre de Linda Lê parue dans la même collection. Annie Ernaux relève la même gageure avec brio.

L’entretien qui suit la lecture du livre apporte un complément court mais éclairant. Elle nous parle de sa voix, de sa difficulté à l’apprivoiser, de son expérience de lecture à haute voix lors de l’enregistrement de ce livre.

Ma voix intérieure en écrivant n’est pas celle que j’ai en parlant.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *