Charles Exbrayat, Imogène, vous êtes impossible !

The New York Public Library 1517891

Dieu et les écossais sont mis à toutes les sauces. Des situations cocasses, un personnage piquant. Mais quid de l’intrigue ?

Callander – le coroner en tête – se passionnait bien davantage pour les querelles McCarthery – McClostaugh que pour la recherche et le châtiment des meurtriers. (113)

Et c’est bien là le problème. Tout le propos du livre est orienté vers les guéguerres ridicules qui opposent ces deux personnages imbus de leur personne. Escarmouches, chamailleries, bastons généralisées se succèdent sur un rythme à la Tex Avery. On se colle des beignes et on écluse du whisky au goulot, dans l’ordre ou dans le désordre selon l’inspiration, c’est là toute l’action du livre.  Ce qui devrait être amusant tourne au répétitif sans surprise, à l’ennui profond de la lectrice qui en ressort un peu chiffonnée par le naturel avec lequel les maris donnent des raclées à leurs femmes rebelles… drôle ? Non, agressif et d’un goût douteux.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *