Deon Meyer, À la trace, lu par Éric Herson-Macarel

The Metropolitan Museum of Art, New York 2006.591 -Deon Meyer, À la trace, lu par Éric Herson-Macarel

The Metropolitan Museum of Art, New York 2006.591

Je ne suis pas bon public pour les trafics de diamants, d’armes, de drogue et d’invités surprises, ni pour les complots terroristes. C’est donc sans passion, sans véritable accroche, que je suis allée au bout de ce polar. Le cadre de l’Afrique du Sud apporte une touche inhabituelle. La construction du récit est pas mal : quand une partie s’essouffle, on enchaîne sur une autre. Mila est un personnage clé, finalement au centre des événements alors qu’elle est la plus insignifiante, entre pontes des renseignements et rois bandits. Tout cela tient l’attention sans me donner envie toutefois de revenir vers cet auteur.

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *