Abigail Padgett, Petite Tortue

Cirque de Navacelles, dolmen de la Pinarède - Abigail Padgett, Petite Tortue

Cirque de Navacelles, dolmen de la Pinarède

Une crise momentanée de sainteté psychotique ne pouvait faire de mal à personne, puisqu’elle s’y adonnait dans la solitude. (372)

Tout en ressentis, en émotions, en perceptions, Bo déboule une nouvelle fois dans une histoire d’enfant à secourir. Son allure de meule de foin sur patte lui colle à la peau. Elle entame une collection de maniaco-dépressifs célèbres sur un mur de la fraternité avec lequel elle peut dialoguer. Ingrédients similaires à ceux qui composaient les deux tomes précédents. Ici, une coloration maya, des incursions à Tijuana. Moins fluide, plus poussif au niveau de l’intrigue, le récit traîne en longueur. La concrétisation des amours manque de charme. Je continue à apprécier malgré tout l’implication d’Abigail Padgett en faveur d’une meilleure connaissance et d’une meilleurs prise en charge des troubles psychiques. La vie de Dewayne Singleton est dépeinte avec une certaine force dans le propos.

Cirque de Navacelles

Cirque de Navacelles

Cirque de Navacelles

Cirque de Navacelles

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *