Patrick Modiano, Chien de printemps, lu par Édouard Baer

Metropolitan Museum - Patrick Modiano, Chien de printemps, lu par Édouard Baer

The Metropolitan Museum of Art, New York 1975.548.176a

J’avais l’âge où l’on se retrouve souvent entraîné dans de curieuses compagnies.

Le Prix Nobel et les enthousiasmes attenants m’ont poussée à replonger mon nez et mes lunettes vers les écrits de Patrick Modiano malgré une expérience précédente sans goûteux. L’objet audio est fignolé, ouvragé, soigné dans ses moindres recoins, que ce soit au niveau de la musique et des bruitages, délicats, en harmonie, que de la lecture. Une belle globalité. Patrick Modiano travaille l’intemporalité et la disparition, les identités mêlées. Une atmosphère flottante à la Proust. J’en oublie facilement d’écouter. Débordant déjà naturellement d’évanescence, peut-être que je n’ai rien à apprendre de ce type d’exercice mental et émotionnel. J’en reconnais la qualité mais il me laisse sur un sentiment de découragement total.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *