John Grisham, L’ombre de Gray Mountain, lu par Ingrid Donnadieu

Metropolitan Museum - John Grisham, L’ombre de Gray Mountain, lu par Ingrid Donnadieu

The Metropolitan Museum of Art, New York 15.30.62

Du Grisham franc et net. C’est carré, ça avance droit. Il profite de la naïveté de son héroïne – parfaitement incarnée par Ingrid Donnadieu – pour tout bien nous expliquer, se répète souvent. Je ne suis pas insensible au sort des petites gens des campagnes paumées du fin fond des États-Unis, non, les histoires sont touchantes, l’engagement écologiste sonne sincère, mais j’attends plus d’un livre qu’un exposé militant. Il remplit son rôle d’information sur les frais de justice exorbitants, les magouilles autour de l’exploitation du charbon, mais ça manque un chouïa de littérature pour être un roman emballant. Si au moins ça se terminait mal ou de façon plus cynique… mais notre belle et noble héroïne choisit avec droiture la voie de l’engagement social… l’exemple est sauf…

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *