Chauvet-Pont d’Arc, le premier chef d’œuvre de l’humanité révélé par la 3D, Collectif

Caverne du Pont d'Arc - le premier chef d’œuvre de l’humanité révélé par la 3D

Ardèche, caverne du Pont d’Arc

Une visite à la Caverne du Pont d’Arc, cet automne, me donne l’occasion de remodeler la critique que j’ai écrite quand j’ai reçu ce livre dans le cadre d’une Masse Critique. Comme quoi les routes de Babelio trouvent parfois des ramifications concrètes.

Si le fac-similé ne rend pas la sensation d’espace de la grotte originelle, il offre par contre une juste approche des peintures. Elles sont plus grandes que je ne me l’imaginais. Impossible de se glisser dans l’esprit des Aurignaciens, d’avoir une perception directe de leur monde, mais la vision de leur sensibilité qui chemine sur les parois fait frissonner ce qui reste en nous de leurs gènes.

Le chapitre 5 du livre reproduit cette immersion. Tranche noire, pages noires sur lesquelles se révèlent les tâches de lumière des parois ornées. Le rendu de la 3D est réaliste, beaucoup plus parlant que des photographies. Les pierres gravées dévoilent leur matière, les roches incurvées insufflent leur vie aux animaux, on touche la caverne du doigt, à tel point que nos propres empreintes digitales viennent s’imprimer sur la surface noire. L’expérience est sensorielle.

Du livre à la visite, de la visite au livre, strates de compréhension et d’approche de ce que peut être la grotte Chauvet, espace d’une mémoire subtile où de multiples possibilités de développement étaient encore ouvertes pour l’hominidé.

[Lu dans le cadre de ces fabuleuses masses critiques]

 

Ce contenu a été publié dans Exploration documentaire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *