Madeleine Chapsal, Deux soeurs, lu par Élodie Huber

Madeleine Chapsal, Deux soeurs, lu par Élodie Huber

L’aspect psychologique, fouillé, étalé, exposé, décortiqué inquiète un peu sur le départ. L’idée d’être embringuée dans un manuel de dissection mentale fait frissonner. Mais la description est tellement juste, Emma tellement désarmée !

Madeleine Chapsal réussit à dépeindre avec minutie et un profond respect les rapports de pouvoir pouvant s’établir dans une famille, le processus de glissement vers la rancœur, la jalousie, la haine, leurs ramifications se prolongeant sur plusieurs générations. Elle met la souffrance en évidence et donne une intuition de ce qui aurait pu être évité. J’y ai totalement reconnu certains mécanismes vécus ou observés dans ma famille, ce qui en a fait une écoute poignante et libératrice à la fois.

L’interprétation d’Élodie Huber est délicate, elle sème les silences à bon escient.

Aspect non négligeable, on apprend au passage tout un tas de  subtilités concrètes et administratives à propos des héritages.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *