Terry Pratchett, Sourcellerie

Terry Pratchett, Sourcellerie

Rincevent, dont la mère s’est enfuie avant sa naissance est le héros glorieux de cet épisode. Pour les fans, c’est une fête (et une surprise de taille !)

L’écriture est ciselée, rien n’est laissé au hasard. Le déroulement de la phrase amène à un bon mot, à une réplique qui s’insère parfaitement dans les rouages. Seul Terry Pratchett peut se permettre des phrases telles que : Seul le bruit étouffé de leurs éclaboussures troublait le cholestérol de silence qui étreignait le coeur de la cité (110) sans être ridicule.

À la question du traducteur posée en page 243 : D’ailleurs, vous imagineriez des cavalières de l’Apocralypse ?, je me permettrai de répondre, mais oui, mais oui, mon cher Patrick Couton, pourquoi les filles ne pourraient-elles pas aussi monter sur leurs grands chevaux ?

Du Terry Pratchett pur jus, flamboyant, brillant et jubilatoire.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *