Daniel Pennac, Chagrin d’école, lu par l’auteur

Daniel Pennac, Chagrin d’école, lu par l’auteur

C’est à croire que Daniel Pennac écrit des livres volontairement destinés à être lus à haute voix. Le débit est tellement naturel, tellement fluide… L’orateur s’épanouit, s’envole, avec chaleur et humanisme.

Le sujet ne m’intéressait pas outre mesure, je n’avais pas spécialement envie de retourner à l’école. J’ai apprécie ses digressions sur l’être là. Mémé Marketing, la grande ogresse qui squatte les esprits vaut le détour. J’ai glané des anecdotes, savouré les extraits littéraires qui prennent un sens neuf et savoureux dans la bouche de Daniel Pennac. Mais qu’attend l’édition du livre audio pour l’embaucher à tour de bras comme lecteur ?

Je me croyais étrangère à l’esprit du cancre – assidue à l’étude que j’ai toujours été – mais je me suis aperçue, tentant une énième fois de me remettre à une broderie en peinture à l’aiguille, que j’expérimentais moi aussi cet état d’esprit, à l’occasion… Ce livre m’aura toujours appris cela…

Une interview courte mais apportant un éclairage sur la lecture à haute voix vue par Daniel Pennac clôt le livre audio.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *