Terry Pratchett & Neil Gaiman, De bons présages

Terry Pratchett & Neil Gaiman, De bons présages

Le premier tiers du livre m’a vraiment plu. Le couple Aziraphale-Rampa m’a séduite par son charme sulfureux et son incompétences salvatrice. Ce fut un plaisir de trouver mêlés et de reconnaître les tournures de phrases propres à Terry Pratchett et les personnages frimeurs et nonchalants de Neil Gaiman.

L’Apocalypse m’a beaucoup moins convaincue.

Des bavardages qui s’étalent en longueur, des ragogneries dépassées sur les ordinateurs, des piques récurrentes sur une autoroute londonienne et les anglais en général qui ne font rire que les personnes concernées… les démarcheurs par téléphone en prennent aussi plein les gencives, et ça, ça m’a jouissivement vengée de leurs turpitudes à mon endroit.

Trop de personnages, trop de fouillis, le décalage tombe à plat, l’humour forcé étouffe le rire. Une déception.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *