John le Carré, Un traître à notre goût, lu par Didier Weill

John le Carré, Un traître à notre goût, lu par Didier Weill

Je pense que c’est le premier roman d’espionnage/sur les services secrets que j’ouvre, ce qui fait que je l’ai trouvé très exotique. L’atmosphère était pour moi inhabituelle et intrigante. Dense tout de suite, subtilement labyrinthique, John le Carré ne dévoile le propos que par touches. Il glisse de personnages en personnages, de situations en situations, sans que cela soit artificiel ou perturbant, dans une sorte de cercle qui enserre le sujet.

Je me suis un peu perdue dans les relations de pouvoir entre espions, hiérarchies et  subtilités politiques mais ça n’a pas nui à ma compréhension du récit. La vision des stations touristiques suisses selon John le Carré est plutôt amusante.

Didier Weill manie les accents à merveille, les personnages ressortent dans toutes leurs forces et leurs faiblesses. J’ai passé un excellent moment.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *