Emmanuelle Pagano, L’absence d’oiseaux d’eau

29.100.62 The Metropolitan Museum of Art, New York - Emmanuelle Pagano, L’absence d’oiseaux d’eau

The Metropolitan Museum of Art, New York 29.100.62

Ce roman, charnel de bout en bout, justifie à lui seul la création du tout neuf tout fringant insigne « érotique » sur Babelio !

La démarche est fascinante. Emmanuelle Pagano est à la fois tout entière dans l’histoire et en recul lucide face au roman qui se construit. Elle cherche inlassablement des mots, des expressions – pas vraiment des situations puisqu’il ne se passe pas grand chose – mais plutôt une manière de dire le sentiment amoureux. Une expérience trouble où vie et écriture se mêlent.

Exigeante et douce à la fois, elle en demande beaucoup à ce garçon, au niveau clarté, travail, don de soi. Elle le taquine, le provoque, l’entraîne dans son paysage métaphorique, sans jamais le laisser poser son pied sur un sol solide et fiable.

Toujours en mouvement, Emmanuelle Pagano pousse la vie dans ses retranchements. Elle cherche à lui faire cracher sa vérité, son essence, quels qu’en soient les risques. Elle interroge ses ressentis, ses images intérieures et ses possibilités de les transcrire. À force de tâtonner, elle dit l’art de la transformation et du flux de l’eau.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *