Carole Allamand, La plume de l’ours

84.XO.755.2.42 The J. Paul Getty Museum, Los Angeles - Carole Allamand, La plume de l’ours

The J. Paul Getty Museum, Los Angeles 84.XO.755.2.42

J’ai pris le train, attirée par les promesses d’ours et d’indiens. Le démarrage a été lent, poussif. Il a pris son rythme vers la page 80. Écrite sans charme, cette pochade qui fait mine de ne pas se prendre au sérieux est assez fade. L’écrivain fictif dont il est question est tellement rébarbatif qu’on a pas envie d’en savoir plus son compte. Ce qui fait qu’on passe d’emblée à côté de l’une des grandes accroches du roman. Les sautes d’humour ne bondissent qu’à hauteur de puce. Quelques jolies images : les hirondelles dans les cendres, la luciole aguicheuse. L’énigme est cousue de fil blanc mais on prend quand même plaisir au pied de nez. Je l’ai lu parce que je l’avais entre les mains, mais il ne vaut pas la peine de faire un détour.

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *