Boris Cyrulnik, Autobiographie d’un épouvantail

Boris Cyrulnik, Autobiographie d’un épouvantail

La quatrième de couverture nous promet un livre tranquille sur la résilience… Âmes sensibles, passez votre chemin ! Boris Cyrulnik, en fait de manuel de développement personnel, plonge aux tréfonds vaseux du fonctionnement humain, de son intégration sociale et de leurs dérives.

La première partie, foutraque, sans suite dans les idées, épouvantablement mal construite, comme on avait malencontreusement mélangé les phrases, est à éviter. Elle semble ne tenir lieu que d’introduction nécessaire et référencée aux développements ultérieurs. Le livre ne commence véritablement qu’un peu avant le chapitre 2.

Avec une seule existence, vous pourriez faire cent récits et ne jamais mentir. (11)

Nous sommes tous désespérément en quête de sens, nous dit Boris Cyrulnik. En quête d’un récit cohérent qui structure notre identité et notre intégration au sein de l’environnement extérieur. Mais cohérence ne veut pas dire adéquation avec la réalité de cet environnement. Le délire logique, les mécanismes paranoïdes, le recours à l’irrationnel, remplissent très bien cet office et apportent un énorme bénéfice immédiat, très protecteur. Il nous emmène dans le monde des narcissismes souffrants qui prennent les embranchements secondaires ne menant pas à la résilience mais à des colmatages, rassurants pour eux, périlleux pour leur entourage.

Puis c’est toute la structure de l’organisation sociale basée sur une exigence de normalité qu’il finit par nous démonter. La réussite sociale prend soudain un aspect malsain qui nous consolerait presque de notre médiocrité !

Boris Cyrulnik doit être doté d’un cœur solide pour soutenir une telle lucidité ! Le pendant de cette tendance à la facilité de notre cerveau, c’est sa capacité tout aussi grande à la restructuration. Cette même recherche de sens est aussi la porte vers un néodéveloppement résilient pour peu que l’on ait le courage d’être tenté par la douleur de vivre et de regarder en face notre chimère authentique.

Extraordinairement riche et foisonnant, mais nécessitant une empoignade assez musclée, cet essai donne de multiples pistes selon les questionnement qui nous habitent.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *