Gilda Piersanti, Jaune Caravage, lu par Hélène Lausseur

Gilda Piersanti, Jaune Caravage, lu par Hélène Lausseur

Je retrouve une lectrice délicieuse, aux intonations italiennes impeccables. Une inspectrice moins délurée que d’habitude, mais grognon. Une enquête qui tient la route. J’ai brodé, voyagé, fait la vaisselle, le repassage, la cuisine avec ce polar dans les oreilles. Peu de suspens, mais les personnages et leurs interactions ont une densité suffisante pour que cela n’ait pas d’importance. Une atmosphère, une bonne histoire, Gilda Piersanti a tenu une fois de plus toutes ses promesses.

La photo de couverture est un peu maladroite…

 

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *