Jules Barbey d’Aurevilly, Les Diaboliques, lu par Gabrièle Valensi

Jules Barbey d’Aurevilly, Les Diaboliques, lu par Gabrièle Valensi

J’avais une image de ce livre complètement faussée dans la tête. Une image à la Liaisons dangereuses : lit, lettres et amants complices. C’est drôle, parfois, les constructions mentales qu’on se fait à propos d’un classique dont l’évocation nous effleure souvent mais qu’on ne lit jamais.

Donc ici, une histoire d’honneur, de vengeance, du lourd, du sanglant, du glauque, de la fange. Une écriture précieuse, un rien ampoulée. Un vieux monde poussiéreux. Heureusement que la lectrice – Gabrièle Valensi – a de la rondeur dans la voix, insuffle une chaleur humaine dans cet univers décadent et volontairement sulfureux.

Barbey d’Aurevilly m’ennuie.

 

Ce contenu a été publié dans Explorations littéraires. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *